Mon Horoscope du Jour
Lundi 24 Avril | Saint Fidèle
Nos apps
Nous suivre
Premier site francais d'astrologie selon Nielsen
Prévisions astrales
Prévisions astrales
Les qualités des signes
Les qualités des signes
Réussir son rendez-vous amoureux
Réussir son rendez-vous amoureux
Nos Livres
Nos Livres
» » »

Bonnes résolutions pour 2017

  Rédigé par Virginie Lassère



Comme à chaque début d'année vous débordez de bonne volonté et vous avez un tas de résolutions que vous allez tenir ou pas !

Pour vous donner un maximum de chances de faire de 2017 un grand millésime, nous allons vous faire découvrir quelles sont les bonnes résolutions que chacun des douze signes doit prendre pour vivre une année pleinement positive !

Bélier:

Je canalise mon énergie. Agir oui, je sais faire mais est-ce que je fais bien ? C'est la question que je dois me poser cette année. Pour y répondre, je réfléchis avant de lever le petit doigt. Et je ne bouge que si tous les feux sont au vert.

Je fais attention aux autres. Toujours pressé, je ne pense qu'à mes intérêts et prends rarement la peine de ménager les susceptibilités. C'est ainsi que je me mets pas mal de gens à dos alors qu'avec un peu de tact, un zeste de diplomatie, tout serait tellement plus fluide.

Je ne cède plus à l'achat d'impulsion. Me faire plaisir, bien sûr. Me faire flipper à cause de fins de mois difficiles, non. Désormais, je m'efforce de gérer mon budget et accepte de me priver si je n'ai pas les moyens de mes désirs. Au prétexte qu'on ne vit qu'une fois, promis, juré, je ne m'arroge plus le droit de faire n'importe quoi.

J'évite la provocation. Désirs impérieux, impatience chronique, je cherche systématiquement à obtenir ce que je veux. Par tous les moyens. Parfois ça marche. Souvent ça ne marche pas. Car ma volonté exacerbée fiche la trouille. Est-ce productif de ficher la trouille ?

Je prends le temps de manger. Avaler un sandwich sur le pouce, dîner sur un coin de table, ça suffit. A manger à toute vitesse, je ne savoure jamais ce que je mange (ce qui est dommage) et me prédispose à la prise de poids (ce qui est un comble). Désormais, devant mon assiette, je fais un break.

Je cultive mon enthousiasme. C'est ma force. C'est ce qui me fait avancer. Et c'est aussi ce qui fait mon charme. Quoi qu'il arrive, je crois en mes chances, je crois en moi, je crois en la vie. On me suit.

Je préserve mon autonomie. N'ayant besoin de personne pour faire ce que j'ai à faire, je prends des initiatives. Qu'importe le résultat, j'ai agi, ça me fait grimper dans ma propre estime et ça, ça n'a pas de prix.

Je garde mes réflexions pour moi. Du moins dans un premier temps, voire dans un deuxième. Car à énoncer ce qui me passe par la tête sans filtre, sans réfléchir, sans prendre de gants, je dis peut-être tout haut ce que tout le monde pense tout bas sauf que c'est moi qui prends. Et c'est pesant.

Je reste motivé. Même quand ça coince. Même si la situation ne tourne pas à mon avantage. Les grandes idées, c'est bien. Aller au bout d'un projet, c'est mieux.

Je m'écoute. Stop, je me pose et prends le temps d'écouter ma petite voix intérieure. Repérer mes besoins émotionnels, analyser ce que je ressens va m'aider à cibler les personnes bonnes pour moi et à faire une croix sur les autres.



Gémeaux:

Je ne grignote plus entre les repas. C'est vrai que je déjeune peu et dîne souvent léger mais je ne résiste pas à un gâteau parce que c'est bon, à un morceau de fromage parce que j'ai un petit creux, à un fruit parce qu'il ne faut pas le laisser se gâter. Mine de rien, je suis tout le temps en train de manger. Mine de rien, je stocke des grammes superflus.

Je ritualise mes repas. Je mets une nappe sur la table. Je dresse le couvert. Je fais un brin de cuisine, je m'assois pour déguster ce que j'ai préparé et je coupe le téléphone. Faire un break, c'est bon pour la ligne et bon pour l'esprit.

Je m'organise. C'est fastidieux de penser à long terme et de mettre en place une stratégie pour atteindre mes objectifs. C'est fastidieux mais ça me fait gagner du temps. Comme j'aime aller vite, j'ai tout intérêt à progresser pas à pas. Je tente l'expérience, je prends ça comme un challenge. Cool, j'adore le challenge.

Je suis une seule voie. Et je m'y tiens. Je m'y tiens parce que ça évitera de me disperser, de passer pour une girouette, de rester sur la ligne de départ puisque je ne sais jamais quelle direction prendre. Mon instabilité m'a souvent pénalisé. Désormais, je me donne toutes les chances d'être fier de moi.

Je ne pique plus de crises pour des broutilles. Un regard qui me déplait, un mot que je prends de travers, une banale contrariété et voilà que je suis capable d'exploser comme une cocotte-minute. Quelle perte d'énergie ! Quel discrédit pour mon intelligence ! Lorsque je me sens en danger, je garde désormais le sourire. Même un sourire crispé sera préférable à un pétage de plomb.

Je tiens parole. Je suis très doué pour soutenir une chose et son contraire. Avec un aplomb qui fait son petit effet. Et si on a l'audace de me mettre le nez dans mes contradictions, je fais mon faux jeton et accuse l'autre d'avoir compris de travers. Ça marche une fois. Ça marche deux fois. Sauf que mon manque de fiabilité finit par lasser l'entourage. Bref, je deviens l'arroseur arrosé, un comble !

Je me projette dans l'avenir. Vivre au jour le jour favorise une insouciance qui m'est indispensable. Sauf que ça stresse souvent mon entourage. Pour le rassurer, je pense au lendemain et au jour d'après et puis ça me donne des objectifs, ce qui finalement me rassure aussi.

Je reste fidèle à mes amis. Ayant la chance de me couler dans tous les milieux et de me faire aisément des relations, j'ai souvent tendance à zapper les gens que je connais depuis longtemps afin de favoriser les amitiés naissantes. Ne plus donner signe de vie pendant des jours voire des mois n'étant pas très sympa, cette année je ménage mes vieux potes.

Je trouve le grand amour. Pour le flirt, la distraction, la légèreté, je suis au top. Dès que ça devient sérieux, je flippe et me débine. Pourtant, c'est pile ce que je veux : une histoire qui dure. Pour cela, j'assume mes sentiments. Je me connecte à mes émotions.

J'essaie d'être sincère. Difficile de savoir ce que je pense tant je me sors de tout par une pirouette, un jeu de mots qui, s'ils font rire tout le monde, brouillent la communication. Embobiner les autres est pour moi un jeu d'enfant mais me cacher la vérité peut devenir un jeu dangereux.  


Lion:

Je me mets à la place des autres. Mon assurance est un atout qui peut devenir une faille si je ne fais pas davantage preuve d'empathie envers mes contemporains. Pour y parvenir, rien de plus simple. Je mets mes certitudes de côté et j'essaie de comprendre la manière dont fonctionnent les autres. Je me tais. J'écoute. Je me fais mon opinion. Et j'agis.

J'accepte que les autres soient différents de moi. Eh bien oui, tout le monde ne pense pas comme moi. Il faut m'y faire. Il faut l'accepter. C'est ainsi que je m'enrichis de ces différences, que je nuance mon point de vue, que j'affine mes propos et que je deviens plus malin que tous ces gens confits dans leurs certitudes.

Je hiérarchise mes priorités. Impossible d'être au top tout le temps dans tous les domaines, même pour une forte personnalité comme la mienne. Aussi, je me focalise sur ce qui est essentiel à mes yeux et ne dilapide plus mon énergie en essayant de prouver que je suis le meilleur pour des trucs secondaires ou vis à vis de gens qui ne m'apportent rien.

Je me fixe des objectifs réalistes. D'abord, ça me met en confiance. Ensuite, j'avance pas à pas mais j'avance quand même. Régulièrement, je dresse le bilan de tout ce que j'ai accompli et réalisé. Ayant de quoi être fier de moi, j'ai le moral gonflé à bloc et je relève de nouveaux défis.

Je me lève avec le soleil. A peine sorti du lit, j'ai la chance d'être opérationnel. Je profite du calme pour réfléchir à ma journée. J'enfile mes baskets et vais courir. Je me rends au travail à pied ou m'offre un café en terrasse. Je me maintiens physiquement et intellectuellement en forme. C'est sans doute là que réside le secret de ma vitalité.

Je continue de croire au grand amour. Si je l'ai trouvé, je magnifie la relation avec passion et générosité. Si je suis en quête de l'âme sœur, je mets l'autre en confiance et me jette à cœur perdu dans la relation. Oui, je suis excessif mais je l'assume. Oui, je demande beaucoup mais je donne encore plus. Parce que je suis hors norme, je vise le must. Et c'est grâce à tout cela que je vis des amours d'exception.

Je suis constant dans mes relations. Mes amitiés durent souvent toute la vie. Mais au prétexte que les vrais amis seront toujours là, j'ai tendance à les reléguer au second plan pour privilégier des personnes que j'ai besoin de séduire socialement. Cette année, je fais la part des choses et maintiens le lien avec les fidèles d'entre les fidèles.

Je vais au fond des choses. A force de vouloir des résultats immédiats, je décroche fréquemment si les choses ne vont pas assez vite. C'est ainsi que je pare au plus pressé et ne fais que colmater ce qui menace de prendre l'eau. Ou bien je me simplifie la vie et vais à la facilité. Tout cela est indigne de moi. C'est pour cela que cette année, j'essaie d'être un peu plus perfectionniste.

Je pratique l'auto dérision. Je ris de moi-même afin d'éviter que les autres ne le fassent à ma place en plus corrosif, en plus méchant. Premier bénéfice : je désamorce l'agressivité que mes grands airs génèrent la plupart du temps. Deuxième avantage, en me moquant de moi-même, je suscite plus facilement la sympathie. Bref, j'ai tout à gagner.

Je dévoile mes failles. J'arrête de rouler des mécaniques, de me croire plus fort que tout le monde, parce que je ne suis fondamentalement pas plus costaud que les autres et parce que, de toutes façons, personne n'est dupe. C'est en montrant ma vulnérabilité que je toucherai le cœur des gens. C'est leur amour qui me fortifie, pas la cuirasse derrière laquelle je me cache.



Vierge:

J'ose. Oui, j'ose faire des choses que je n'ai jamais faites. J'ose aller à la rencontre des personnes qui m'attirent. J'ose vivre ce qui me correspond. J'ose être moi. Au diable la prudence, au diable la raison, en 2017, je me lâche !

Je tolère les critiques. Persuadé de faire tout bien, tout comme il faut, j'ai du mal à envisager que ce puisse être mal perçu par les autres. En réaction, je me montre cassant, ce qui n'arrange rien. Je pense être perfectionniste, on me considère comme une personne sèche et pas marrante. Désormais, j'écoute, je prends sur moi et je laisse les autres faire à leur manière. Ça me fera moins de responsabilités.

Je garde mes objectifs en ligne de mire. Je sais où je suis. Je sais où je veux aller. Et je définis le chemin pour atteindre mon but, sans m'arrêter en route à cause d'un détail qui me chiffonne, qui me prend une énergie folle à régler et qui me noie sous un tas de choses inutiles.

Je me fais plaisir. Un plan épargne logement, un livret A, une assurance vie… j'ai toujours eu le réflexe de placer mon argent afin de ne jamais être pris au dépourvu. C'est bien, c'est rassurant mais pas franchement folichon. Et pour cause l'argent, ça sert aussi à se faire plaisir. Allez hop, je casse de temps à autre ma tirelire et je m'offre ce dont j'ai envie. Parce que je le vaux bien. Parce que je n'ai de compte à rendre à personne.

J'assume mes désirs. Même s'ils sont ambigus, ambivalents, inavouables. J'ai le droit d'avoir des fantasmes que je réalise ou pas. Rien que le fait de déverrouiller ma nature profonde m'allège de ce vieux fond de culpabilité que je traîne depuis trop longtemps.

Je me fiche de ne pas être à la hauteur. A la hauteur de quoi d'ailleurs ? De l'image que je veux projeter de moi ? De la pression que je m'impose ? Stop, dorénavant, je fais ce que je peux, j'essaie d'agir au mieux (je ne vais pas me refaire) mais je ne vais plus me flageller si je me trompe. Les autres ne m'en voudront pas, pourquoi serais-je le seul à être si sévère envers moi-même ?

Je deviens tolérant. C'est important pour moi d'avoir des principes. Ce sont des tuteurs qui m'aident à me tenir droit, à avancer dans la vie sur de bonnes bases. Sauf que les autres fonctionnent autrement et ont le droit d'avoir des comportements différents des miens. Et si je n'adhère pas à ce qu'ils font, j'essaie au moins de ne pas les condamner.

J'exprime mes sentiments. De peur de mettre l'autre mal à l'aise ou pire d'être ridicule, j'ai souvent du mal à dire aux gens que j'aime que je les aime. Bien sûr, je le prouve en étant là, dévoué et attentionné. Mais ça ne remplace pas les mots. Désormais, je me jette à l'eau. Ce courage, cette authenticité feront de 2017 un grand millésime de ma vie sentimentale.

Je vais vers l'autre. J'ai la chance d'être patient mais tout de même, tout ce temps perdu à attendre que la personne qui me séduit me remarque, me frustre plus que je ne veux me l'avouer. Passer à côté de belles rencontres à cause d'une réserve exacerbée est du gâchis. Au pire, je me prends une veste, c'est agaçant mais on s'en remet. Au nettement mieux, je vis de grandes histoires et trouve le grand amour. Y'a pas photo.

Je cultive l'humour. On ne le sait pas assez mais je suis une personnalité très marrante, très spirituelle voire très fofolle. Lorsque je me lâche, ce n'est généralement qu'en fin de soirée et uniquement dans certaines conditions. Et si je me dévoilais plus tôt ? Et si je montrais l'ambivalence de ma nature ?

Scorpion:

J'accepte d'être heureux. Le bonheur, je m'en méfie. J'ai du mal à le définir tant je me prends la tête. Et lorsque je pense l'avoir cerné, j'ai tendance à le fuir avant qu'il ne se sauve. Résultat, je me complique la vie, tourmente les gens que j'aime et fais du mal à tout le monde. En 2017, je sors de ce schéma et j'accepte de ressentir du plaisir, de la joie, des choses simples quoi…

Je fais du sport. Déjà que j'ai un bon coup de fourchette, si je ne bouge pas, c'est la fin des haricots ! Une demie heure de marche par jour sans m'arrêter, une alimentation moins riche que de coutume et je devrais perdre ces bouées qui ruinent ma silhouette. Top départ !

Je n'atteins plus le point de non-retour. Pour impressionner les autres, j'ai souvent tendance à lancer des ultimatums, à dire des mots qui laissent des traces indélébiles, à faire des choses impardonnables. Je sais que je vais trop loin mais j'y vais quand même (ça m'excite plutôt de flirter avec le danger) mais à pratiquer la politique de la terre brûlée, je vais le vide autour de moi. Est-ce vraiment ce que je veux ? Je me pose la question et je réagis.

Je ne m'en prends pas à des innocents. Lorsque je suis en colère, il m'arrive de passer mes nerfs sur des gens qui n'y sont pour rien. Par exemple, c'est mon conjoint qui trinque lorsque je suis en conflit avec mon boss ou bien je me fâche pour des broutilles et pourris l'ambiance dès que je ne me sens pas dans mon assiette. Ce n'est pas sympa et profondément injuste.

Je garde mon calme. Marcher à la menace, à l'intimidation, au chantage n'est moralement pas joli joli. Dorénavant, même lorsque quelqu'un se conduit mal avec moi, même lorsqu'une situation me saoule, je n'en rajoute pas, je prends de la hauteur et essaie de rester au-dessus de la mêlée. C'est à ce prix que mon image de marque va s'embellir en 2017.

Je ne tire plus la couverture à moi. En cas de succès, je ne m'en arroge pas toute la réussite. En cas d'échec, je m'interdis de faire porter le chapeau aux autres. Stop à l'individualisme, je pense et joue collectif. Bilan, mon capital sympathie augmente et je me sens mieux dans mes baskets.

Je suis constant dans l'effort. Donner un gros coup de collier un temps et me mettre en roue libre ensuite, c'est beaucoup de stress pour un résultat mitigé. Le tout ou rien, c'est terminé. A partir de cette année, j'opte pour la régularité. Comme un coureur de fond.

Je place les sentiments au cœur de mes histoires d'amour. La passion, la sexualité, le plaisir, les rapports de force pimentent mes relations. Mais l'amour dans tout ça ? Quelle place, je lui accorde ? Est-ce que je ne confonds pas attirance et amour ? En 2017, il serait temps de savoir ce que je veux, ce que je suis, ce que j'ai envie de construire au lieu d'aller vers des personnes qui me malmènent, au lieu de vivre des histoires en montagnes russes qui me font mal au cœur.

Je fais l'amour pas la guerre. La sexualité, c'est l'échange, le plaisir, la douceur, la complicité. Sauf que je m'en sers souvent pour régler mes comptes, dominer l'autre, sublimer mes pulsions agressives et manipuler la personne qui a l'honneur d'être dans mon lit. Et tout ça, pourquoi ? Pour attirer des tordus et vivre des histoires peu épanouissantes. Il est temps de fumer le calumet de la paix.

Je garde mon sang-froid. J'ai cette chance de ne jamais paniquer et de rester opérationnel en cas de coup dur. La tempête, ça me connaît. Elle ne m'effraie pas, mieux elle permet de révéler ce que j'ai de meilleur en moi.


Capricorne:

J'élève le niveau de mes ambitions. Cela pourrait passer pour de la fanfaronnade, sauf que je ne suis pas du genre à me la raconter. Je sais ce que je veux. Je sais ce que je vaux. Pour atteindre mes objectifs, je suis capable de m'astreindre à une discipline sévère. Quand je dis que je serai ambitieux cette année, on peut me croire.

J'essaie d'être plus chaleureux. On me prétend froid et c'est vrai. Mais il faut bien qu'on comprenne que cette réserve n'est que l'indice d'une grande timidité. Maintenant que je me l'avoue et que je l'avoue aux autres, j'essaie de combler la distance en étant plus ouvert, plus disert moins sérieux. Il y a du boulot mais j'ai toute l'année pour y parvenir.

Je laisse les autres faire. Je suis un organisateur né. Mais est-ce que cela me donne le droit d'empêcher les autres de faire les choses à leur manière ? Il est important que chacun fasse ses expériences, la mienne c'est d'accepter de déléguer voire de me reposer sur les autres. Après tout, qu'est-ce que je risque ?

J'accepte l'imprévu. Les surprises, j'ai horreur de ça. Même si elles sont agréables, je suis toujours mal à l'aise face à ce que je n'ai pas programmé ou à ce qui ne se déroule pas comme convenu. C'est ainsi que j'air l'air de faire la tête alors qu'on pense me faire plaisir. Ça me gâche la fête et ça fait de la peine aux autres. Allez, je me jette à l'eau et suis le courant.

Je cultive l'humour. Je suis plutôt mûr psychologiquement pour prendre du recul vis à vis des situations, des gens et surtout de moi-même. Très lucide sur mes qualités, mes défauts, mes points forts, mes faiblesses, je ne me la raconte pas. Et je suis assez costaud pour en rire.

J'arrête d'être le premier de la classe. Je suis tellement sérieux, tellement organisé que c'est souvent à moi qu'incombent certaines tâches. C'est agréable d'inspirer confiance mais ce n'est franchement pas fun. En 2017, je fais aussi le pitre (enfin un peu) et montre que je peux être autre chose qu'une personne responsable.

Je ne fais pas de zèle. A quoi bon chercher à tout prix à me rendre indispensable ? Ça me demande un boulot dingue pour un résultat qui, de toutes façons, ne me satisfait jamais. Je m'oblige à séparer l'essentiel de l'accessoire (oui, tout n'est pas question de vie ou de mort) et je me ménage du temps pour faire ce qui m'éclate vraiment.

J'évite d'en demander trop aux autres. Des preuves d'amour, d'amitié, de sincérité… je n'en ai jamais assez. Dès que je me sens un peu rassuré, voilà qu'un silence, un refus, un regard m'inquiètent. Donc je réclame encore plus d'attention, encore plus de garanties au point de lasser mon entourage. En 2017, je prends sur moi et j'essaie de me contenter de ce qu'on me donne.

Je me décomplexe par rapport à l'argent. Mes rapports à l'argent sont souvent ambigus. Si je gagne bien ma vie, j'ai l'impression de ne pas mériter mon salaire. Si je m'estime sous-payé, c'est ma propre estime de moi qui en souffre. Les questions d'argent me mettant toujours mal à l'aise, je n'en parle pas, ne fais jamais étalage de mes richesses et ai des scrupules à me faire plaisir. Et si en 2017, je me souciais moins de l'avenir et vivais davantage au présent ?

Je me réveille. C'est maintenant que je dois vivre les choses, maintenant que des opportunités se présentent, maintenant que l'amour palpite, maintenant… De peur de souffrir ou de me planter, j'ai souvent tendance à me préserver et à passer à côté. Sauf qu'un jour ou l'autre, je vais le regretter. Aussi, en 2017, je n'attends pas qu'il soit trop tard pour me réveiller.


Poissons:

Je m'en tiens aux faits rien qu'aux faits. Les événements doivent être considérés sous l'angle de la raison, de l'objectivité et de la logique. A partir de maintenant, je ne laisse plus mes émotions parasiter mon jugement. Je ne trouve plus d'excuses à ce qui n'en a pas. Je m'en tiens à ce qui est. C'est ainsi que je peux me faire une idée précise de la situation.

Je fais des vagues. Afin de ne me mettre personne à dos, je dis oui à tout et laisse faire des choses qui me déplaisent. Au mieux, je passe pour quelqu'un de super cool, au pire pour une chiffe molle. Assurer ma tranquillité en avalant des couleuvres étant un mauvais calcul à terme, j'exprime le fond de la pensée et en assume crânement les conséquences.

Je valorise mes qualités. Je suis dévoué, aimable, aimant, présent, sensible et fondamentalement tourné vers les autres. C'est le socle sur lequel je m'appuis pour aller vers des gens qui en valent la peine ou vers des situations qui m'apportent quelque chose. Cette richesse, je m'interdis en 2017 de la dilapider avec des profiteurs.

Je m'organise. J'ai souvent tendance à partir en tous sens et à oublier où je voulais arriver. Du coup, je n'arrive à rien. Du coup, je me démotive. Et c'est dommage car j'ai tellement à apporter aux autres, à la boîte au sein de laquelle je travaille. Pour pallier ce travers, je me fixe un cadre structuré. Je vise le long terme et balise le chemin que je dois prendre pour parvenir au but.

Je fais attention à mes sous. L'argent ne m'intéresse pas, je m'appuis sur des valeurs autrement plus valorisantes et essentielles à mes yeux. Mais tout le monde n'est pas comme ça et il n'est pas rare que je me fasse avoir. Au lieu de réclamer le paiement d'une dette, je laisse couler. Au lieu de me battre pour obtenir de l'avancement, je reste dans mon coin. C'est ainsi que les autres profitent de largesses que je n'ai fondamentalement pas envie de leur donner. En 2017, je ne me fais plus rouler.

J'exige l'exclusivité en amour. Lorsque je suis amoureux, je suis prêt à tout et accepte souvent des choses inacceptables pour la plupart des gens. Je suis capable de partager un amoureux, de me contenter d'être la maîtresse ou l'amant. Tant que mon partenaire est heureux de cette situation, je me persuade que cela me convient. Mais c'est un leurre. Cette année, je ne partage plus…

Je sais ce que je veux. Doutant de moi, restant toujours flou sur mes intentions, je laisse souvent les autres décider à ma place. C'est ainsi que je me retrouve dans des relations peu épanouissantes ou à assumer des taches dont personne ne veut. Je m'en veux d'être aussi peu exigeant. J'en veux aux autres (même si je ne l'exprime pas) de m'enfermer dans un rôle subalterne. En 2017, je sors de ce schéma et conduis ma vie tout seul comme un grand que je suis.

Je me confie. Je reçois les confidences de tout le monde tant mon empathie et ma qualité d'écoute favorisent ces rapprochements. Mais moi, à qui je raconte mes doutes, mes espoirs, ma vie ? La peur d'embêter les autres avec mes problèmes me recroqueville sur moi-même. Stop à l'introversion.

Je tombe amoureux. Je suis fait pour cela comme le soleil est fait pour briller et l'eau pour désaltérer. C'est ma nature. C'est ce que j'aime. C'est ce qui me fait vibrer. Mais cette année, à la passion j'associe la raison.

Je me fixe des objectifs réalistes. Très conscient de ce que je suis capable de faire, je sais assez bien où je mets les pieds, ce que je peux produire et ce qui est dans mes moyens. Comme ça, je ne suis jamais déçu. Et c'est ainsi qu'en 2017, je tiens mes résolutions.

Taureau:

Je me remets en question. Eh bien oui, je n'ai pas toujours raison et je ne fais pas systématiquement les choses au mieux. En plus d'avoir l'intelligence de le reconnaître, les conseils et les suggestions d'autrui m'ouvrent sur autre chose. Malin, non ?

Je me lance. Sans réfléchir des heures. Sans me prendre la tête et celle des autres. Mieux vaut agir et prendre le risque de me tromper que d'avoir raison sans jamais lever le petit doigt. Et si je me plante, eh bien je recommence. Ce n'est pas plus compliqué que ça.

Je fais du sport (régulièrement). Même quand il ne fait pas chaud. Même quand il fait très chaud. J'oublie mon petit confort, enfile une paire de baskets et vais me remuer, sans aller au bout de mes forces, sans risquer la tendinite. Juste bouger.

J'évite d'être possessif. Mon amoureux, ma chérie ont le droit d'avoir un jardin secret. Même si ça me fait flipper, même si je déteste ne pas savoir ce que l'autre fait, avec qui, pourquoi, comment, je ne le colle pas ni ne le saoule avec mes questions. Enfin j'essaie… et c'est déjà un progrès.

Je fais l'amour tous les jours. Du moins le plus souvent possible. Parce que j'aime ça. Parce que ça me fait plaisir, je suis très doué pour donner du plaisir. Pour en prendre. Pour le partager. Mon partenaire est content et moi donc !

J'accepte la contradiction. Etre sûr de moi est un atout. Le croire dur comme fer et n'accepter aucune remarque est une faiblesse. Et la faiblesse, je déteste. Désormais, je m'enrichis de l'avis des autres, me nourris de leur expérience et accepte de confronter leur savoir au mien. Peut-être resterais-je sur mes positions. Peut-être pas. L'enjeu en vaut la chandelle.

Je demeure fidèle à mes engagements. S'il n'en reste qu'un, je serai celui-là. Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis. A une époque où la versatilité, le retournement de veste et la trahison sont de mise, je fais peut-être figure de dinosaure mais j'assume. Et c'est grâce à cette constance que je peux me regarder dans le miroir.

Je ne perds plus de temps à être rancunier. Je ne me fais aucune illusion, je serai certainement trahi, certainement déçu par diverses personnes. C'est dommage pour eux. Pas question que ce soit un handicap pour moi. Pas question non plus que les griefs ou la rancune me polluent le moral et me fassent venir des rides d'amertume. Je passe à autre chose et reste frais comme une rose.

Je me marie. Même si ça paraît démodé, j'adore cette institution, j'adore les histoires qui durent, je persiste et je signe. Et si je suis déjà marié, j'épouse à nouveau mon partenaire comme l'a fait Céline Dion. Confirmer mes vœux et faire une belle fête, c'est tout moi.

Je casse ma routine. Rentrer à l'heure, déjeuner à l'heure, faire des câlins quand il faut … s'il ne tenait qu'à moi, je ne changerai rien tant le train-train me sécurise. Mais mon partenaire pourrait se lasser et c'est un risque qu'il serait stupide de courir cette année.



Cancer:

J'écris un livre. Ou bien je réalise un film. La richesse de mon imaginaire se concrétise dans une œuvre que mes enfants et les enfants de mes enfants pourront lire ou visionner un jour. Je laisse une trace tout en m'épanouissant dans mon univers.

Je chéris la personne que j'aime. Je n'ai pas grand mérite, je suis très doué pour cela. Et c'est bien parce que j'ai un vrai talent pour aimer l'autre et le lui prouver que je vais mettre la gomme cette année. Des attentions, des mots d'amour, des gestes tendres, je me fais plaisir en faisant plaisir. Charité bien ordonnée…

J'arrête de bouder. Si j'ai quelque chose à dire, je le dis. Ça ne me vient pas facilement mais c'est comme tout, ça s'apprend. Parce que faire la tête pendant des heures en espérant que l'autre s'en aperçoive et fasse le premier pas, c'est du temps perdu et de l'énergie gaspillée pour pas grand-chose. Bref, si je veux être traité en adulte, je me conduis en adulte.

Je m'efforce d'être financièrement indépendant. Gagner son argent est le passeport pour la liberté. Et bien que la liberté me fasse peur, il est néanmoins préférable que je ne dépende de personne pour vivre. Je dois pouvoir faire mes choix. Je dois pouvoir dire non. Je dois pouvoir assurer ma propre sécurité. Pour cela, je dois gagner mes sous. Et si je suis mère ou père au foyer, je fais évaluer mon investissement familial et personnel par mon partenaire.

J'ai le cran de rompre. Si une relation sentimentale ne me convient pas, je fais une croix. Si un ami me fait des crasses, je tire un trait. Ça fait mal sur le coup mais c'est toujours moins douloureux que des liens qui s'effilochent.

Je ne râle plus pour des broutilles. Si tout ne va pas comme je veux, je suis rapidement contrarié et je le fais savoir. Sauf qu'à me plaindre, je ne résous rien et agace tout le monde. Cette année, je prends sur moi et propose des solutions. C'est plus constructif, non ?

Je prends du temps pour moi. Entre les enfants à conduire à l'école, à amener à la danse, à récupérer au judo, je passe ma vie en voiture, je courre partout et me perds dans cette hyper activité. Et mes centres d'intérêts ? Et mon épanouissement personnel ? Je redeviens une priorité pour moi-même.

Je sors de ma zone de confort. Plus question de me contenter de ce que je sais faire et de ronronner dans mes certitudes ou mes habitudes. Cette année, j'ai le cran de prendre des risques, des risques calculés bien sûr, mais de l'audace quand même. Je vais vers de nouvelles personnes, de nouveaux projets. Je teste. Je tente. Je me dépasse. Je suis fier de moi.

Je m'oblige à être objectif. Les faits rien que les faits. Je laisse de côté mes émotions et me base sur ce qui est concrètement vérifiable, quantifiable, indiscutable. Des arguments solides me rendront crédibles.

Je ne mets pas de l'huile sur le feu. Une bonne dispute ne fait pas de mal. Encore faut-il s'avoir l'arrêter. Et ça, ce n'est pas mon fort. Refusant de lâcher prise, je remets régulièrement le sujet sur le tapis. Les chamailleries devenant chroniques, la relation se gangrène. Stop ! Cette année, je dis ce que j'ai à dire et ne remue plus le couteau dans la plaie.

Balance:

Je démarre par un solide petit déjeuner. Sinon, j'ai un petit creux en fin de matinée que je compense par du grignotage en attendant le repas ou en mangeant trop richement à midi ou lors du dîner. En faisant le plein d'énergie dès le matin, j'optimise ma journée.

Je ne me défile plus. Lorsqu'un conflit éclate, je fais front. Parce qu'en cherchant à les éviter, je ne résous rien. Et puis c'est trop facile de laisser les autres se dépatouiller, et puis c'est lâche, et surtout je ne suis pas fier de moi lorsque j'agis ainsi. Le confort moral que je pense préserver en passant au travers des goutes n'est finalement pas si confortable que cela. Dorénavant, tel un capitaine de navire, je reste à bord dans la tempête.

Je fais des choix et je m'y tiens. Choisir c'est renoncer à toute autre possibilité, c'est pourquoi la perspective de me fermer des portes, des opportunités m'angoisse. Mais est-ce une raison pour stresser les autres à cause de mon incapacité à me décider pour la poire ou le fromage, pour Pierre ou Paul, pour Caroline ou Vanessa ? Bien sûr qu'il est difficile de faire le bon choix mais si on ne tranche jamais dans le vif, on passe sa vie assis entre deux chaises et ça, non plus, ce n'est pas très confortable.

Je demeure disponible. Plutôt extraverti, je n'ai aucun mal à aller vers les autres, à faire de nouvelles rencontres, à tenter de nouvelles expériences. Cette année, je continue sur ma lancée. La qualité des relations que je vais nouer est motivante.

Je garde ma personnalité. Mes idées, je les énonce. Mes projets, je les développe. Ma voie, je la suis. Et tant pis si ça me vaut des critiques. De toutes façons, c'est ça ou l'abdication de ma personnalité. Je n'ai pas le choix, je suis moi.

Je dis les choses clairement. Afin de ne froisser personne, je m'exprime par sous-entendu (comprenne qui pourra). Je laisse planer le doute (à chacun de se débrouiller avec ça). Seulement voilà, ce flou fait qu'on ne me voit pas distinctement, qu'on ne me comprend pas spontanément. Je fais perdre du temps aux autres, j'en perds beaucoup moi-même en essayant de me rattraper aux branches. En 2017, je vais au plus simple et m'exprime sans détour.

Je n'attends pas tout de l'autre. Ce n'est pas l'autre qui va apporter des solutions à mes problèmes. Ce n'est pas l'autre qui va me rendre aimable si je ne m'aime pas. L'autre n'est ni le Messie ni une planche de salut. En lui collant de telles responsabilités sur le dos, je le fais fuir et me retrouve seul. Alors que si je me prends en charge, j'apporte une sacrée plus-value à ma séduction.

Je finis ce que j'ai commencé. Pour donner l'impression d'être hyper actif, je lance souvent mille projets. Et je me perds dans ce que j'ai initié. Et je ne suis plus si sûr que ces activités m'intéressent. Bilan, rien ne se fait, les autres m'en veulent et je culpabilise. Pour m'éviter cela, je ne démarre une chose qu'après avoir terminé la précédente.

Je me marie. Si j'ai souvent ajourné ce projet de peur de m'engager, de peur de me tromper de personne, de peur de tout… cette année, je dis oui au mariage, à la vie à deux, à l'amour toujours. D'abord parce que j'y crois, ensuite parce que je ne m'épanouis réellement que dans la relation à deux. La robe, les alliances, le banquet… c'est mon tour.

Je suis attentionné. J'adore qu'on me bichonne, qu'on me chouchoute, qu'on m'adore. Mais si j'aime ça, je dois comprendre et accepter que les autres l'apprécient aussi. C'est pourquoi en 2017, je donne des preuves d'amour. Car si je me débrouille bien, je vais en recevoir en retour.





Sagittaire:

J'affronte ce qui m'est pénible. Eh bien oui, en dépit de mon enthousiasme, il m'arrive de traverser des moments difficiles. Sans dramatiser (ce n'est pas mon genre et ce ne le sera jamais), c'est une mauvaise idée de laisser pourrir la situation car le retour de bâton va être violent. Allez, cette année, je ne zappe plus ce qui me dérange et règle les problèmes au coup par coup.

Je suis attentif aux autres. Préférant croire que tout baigne (c'est tellement confortable), je m'inquiète rarement de savoir si les autres vont bien. Leurs besoins, leurs attentes, leurs sentiments… me passent au-dessus. Peu à peu, mes proches se fondent dans le décor et je ne leur prête plus attention. Sauf que mon attitude est blessante et qu'il serait temps d'en prendre conscience.

Je suis concret. Pour lancer des idées, pour jongler avec les théories, je suis un des meilleurs. Lorsqu'il s'agit de passer à la pratique, je patauge. Cette année, j'oublie les « y'a ka », les « faut qu'on » afin que les autres se débrouillent à ma place. Je mets les mains dans le cambouis et je réalise mes projets sur le champ et de bout en bout.

Je ne surestime pas mes ressources. Toujours confiant en moi, je crois souvent que mes réalisations vont se solder par un triomphe ou bien que je vais toucher plein d'argent ou que je vais réussir là où d'autres ont échoué. Sauf que la réalité n'est pas forcément aussi glorieuse que prévu. Pour éviter de tomber de haut (même si j'ai la capacité de me relever, ça fait mal), je checke mes atouts, j'évalue les forces en présence, je revois mes prétentions à la baisse et j'atteins mon but.

J'encourage mes enfants à prendre leurs responsabilités. J'écoute. Je comprends. Je guide et ne juge pas. Cette bienveillance donnant confiance à mes enfants, je leur permets de s'épanouir, de faire leurs propres expériences, de grandir.

Je préserve mon indépendance. J'ai fondamentalement besoin de me sentir libre, donc pas question de me laisser enfermer dans des relations exclusives ou de rendre des comptes à qui que ce soit. Même très amoureux, il me faut de l'air, de l'espace. La personne qui m'aime doit le comprendre sinon je m'étiole.

Je partage des activités avec les personnes que j'aime. Les sentiments, c'est bien gentil mais les mots aussi doux soient-ils à entendre ne remplaceront jamais le plaisir de partager des moments forts, de partir en vacances ensemble, de faire du sport en groupe… Les liens se nouent sur le terrain.

Je distingue le désir de l'amour. Dès qu'une personne m'attire, je m'en crois amoureux. Dès que la connexion sexuelle est puissante, j'espère toujours que ce sera pour la vie. Et comme il n'en est pas forcément de même pour le partenaire, je suis souvent déçu. Promis, cette année, je reste lucide et j'attends un peu avant de m'emballer.

J'évite le paternalisme. Afin de protéger mes proches (c'est mon esprit chevaleresque et j'y tiens), j'ai souvent tendance à me poser en chef, à dire à chacun ce qu'il doit faire et à refuser la discussion. Car en dépit de ce que je veux faire croire, je n'ai guère l'esprit d'équipe. Si mon enthousiasme est un moteur, cette façon d'infantiliser les autres est un frein.

Je ne fais plus de promesses en l'air. Pour me débarrasser d'un importun, je n'ai aucun scrupule à lui faire des promesses que je n'ai aucune intention de tenir. Certes, je m'en sors en rappelant qu'elles n'engagent que ceux qui y croient mais j'ai un peu honte.

Verseau:

J'assume mes contradictions. Je suis à la fois solidaire et individualiste, révolutionnaire et conformiste, solitaire et tourné vers les autres… C'est vrai que je ne suis pas toujours facile à comprendre mais c'est aux autres de faire l'effort de me connaître pas à moi d'édulcorer ma personnalité. Je suis comme je suis. En 2017, on m'aime comme je suis.

J'assume mes sentiments. Oui, il m'arrive d'être en colère. Mais comme je n'aime pas le reconnaître, je refoule les sentiments négatifs et me défile dès que pointe un conflit, dès que je me sens sur la sellette. Au lieu de projeter sur les autres mes pulsions agressives et de croire que ce sont eux les méchants, j'assume les penchants dont je ne suis pas fier. Il serait temps que j'admette là aussi que je suis comme je suis.

Je cultive mon ouverture d'esprit. Face aux intolérances, je suis le mieux placé pour les dépasser et prôner le vivre ensemble. J'ai un rôle important à jouer pour accepter l'autre et ses différences. Dans ma vie de tous les jours, j'assume cette mission qui fait du bien à mon entourage et me rend heureux.

Je ne cherche pas à me démarquer à tout prix. J'ai passé l'âge de jouer les rebelles, les incompris, les génies méconnus… Je m'adapte aux règles de la société et j'arrête de douter de la loyauté ou de l'honnêteté des autres. Si je me sens incompris, c'est peut-être de ma faute. Trop facile de la rejeter sur les autres. Trop facile et surtout peu constructif.

Je favorise la communication. J'ai la chance d'exprimer clairement mes idées, mes projets, mes objectifs. Aussi ai-je pas mal d'atouts pour fédérer les énergies et les bonnes volontés. En 2017, je mise là-dessus plus que jamais.

Je prends du recul. Mes journées sont souvent très chargées tant j'ai besoin d'être occupé. Seulement voilà, dans ce flot de choses à faire, je peux aussi me noyer. En 2017, j'essaie de ne plus avoir le nez dans le guidon et je me projette sur le long terme. Pour cela, je dois avoir une vision d'ensemble et m'organiser.

Je ne fais pas d'une critique un problème personnel. Si on n'apprécie pas ce que je fais, c'est qu'on ne m'aime pas. Plutôt que de remettre mes méthodes en question, je préfère accuser les autres. Bref, je mélange tout et me fais inutilement du mal. Désormais, je m'efforce de faire la part des choses. Et je me préserve, ce qui ne gâche rien.

Je garde une poire pour la soif. L'argent, c'est la liberté. J'ai autant besoin de l'un que de l'autre. C'est pourquoi, sous mes airs imprévoyants, j'ai toujours un œil sur mes comptes. Avoir des économies me rassure. En gardant cette marge de manœuvre, je me laisse l'opportunité de ne dépendre de personne.

Je fais un enfant. Mon travail, ma carrière ont souvent la priorité. C'est pourquoi, je repousse souvent mes désirs de maternité ou de paternité et profite de ma jeunesse à fond. Seulement voilà, l'horloge biologique me rappelle que le temps est compté. Cette année, je m'y mets ou du moins j'y songe sérieusement avant que je ne me trouve trop vieux pour pouponner.

Je me débarrasse de ma cuirasse affective. Afin que la relation amoureuse ne soit pas trop étouffante, je ne demande pas grand-chose à l'autre et me contente de ce qu'il veut bien me donner. Mais est-ce que cela me suffit ? Dans l'idéal, j'aimerais préserver mon indépendance et avoir un partenaire disponible quand je le souhaite. Sauf que ça ne marche pas comme ça et que j'ai tout intérêt à m'impliquer davantage dans la relation.



Pour connaître toutes vos prévisions pour 2017, consultez notre horoscope annuel 2017 gratuit: "Horoscope de l'année 2017 signe par signe" !


5 commentaires - Bonnes résolutions pour 2017 - Laisser un commentaire
(dernier message le 25/01/2017 à 19:05)

J'aime Je n'aime pas
Poissons marion, signe du Poissons
Posté le 27/11/2016 à 19h34
J'adore !! Et je valide !! Tous est dit, c'est parti ... !!!
Répondre
J'aime Je n'aime pas
Lion kina72, signe du Lion
Posté le 28/11/2016 à 02h43
quand patrick et moi seront en osmose
Répondre
J'aime Je n'aime pas
Emmanuelle du site Mon Horoscope du jour
Posté le 28/11/2016 à 07h27
Lion kina72, signe du Lion
Posté le 28/11/2016 à 02h43
quand patrick et moi seront en osmose
Bonjour kina72, pour avoir un éclairage personnalisé de votre situation sentimentale, je vous invite à commander une analyse de couple très complète auprès de notre astrologue qui étudiera la carte de naissance de chacun d'entre vous et vous apportera une réponse précise sur l'avenir de votre couple via ce lien >> synastrie. Par contre c’est une consultation payante. Bonne journée !
Répondre
J'aime Je n'aime pas
Emmanuelle du site Mon Horoscope du jour
Posté le 28/11/2016 à 08h11
Poissons marion, signe du Poissons
Posté le 27/11/2016 à 19h34
J'adore !! Et je valide !! Tous est dit, c'est parti ... !!!
Merci pour votre sympathique message Marion. Nous vous souhaitons une très belle semaine. A bientôt sur notre site
Répondre
J'aime Je n'aime pas
Capricorne tasmine, signe du Capricorne
Posté le 25/01/2017 à 19h05
vous êtes dans le vrai. A moi de mettre à profit ces bonnes résolutions pour avancer
Répondre

Ajouter un commentaire

Pseudo* :
Adresse email* :
(ne sera pas affichée)
Signe astrologique:
Votre message:
(merci de rester courtois)
Répondez pour poster:
Poster votre commentaire


* Information obligatoire. Votre adresse email ne sera ni affichée, ni utilisée, elle servira uniquement en cas d'abus. Retirer les informations pré-renseignées: cliquez-ici


Approfondissez vos connaissances avec ces articles:

Chandeleur: horoscope exclusif et festif

Chandeleur: horoscope exclusif et festif
En cette période de Chandeleur, découvrez quelle crêpière vous-êtes ou quel type de restaurant comblera toutes vos envies gastronomiques.

Envoyer un tweet à votre amoureuse pour la saint valentin

Envoyer un tweet à votre amoureuse pour la saint valentin
On vous offre un Tweet à envoyer à votre moitié pour la Saint Valentin.

Reconnaitre le portrait de son homme

Reconnaitre le portrait de son homme
Saurez-vous reconnaitre votre homme et savez-vous quelle activité il préfère faire le dimanche?

C\'est la rentrée pour les 12 signes

C'est la rentrée pour les 12 signes
La rentrée coïncide avec le soleil dans le signe de la Vierge gage de constance et de profondeur. Découvrez comment sera faite votre rentrée

Mes Horoscopes
Articles Astro
L'Actu des Étoiles

Accès rapide au contenu

Horoscopes
Horoscope 2017
Prévisions astrales
Horoscope Quotidien
Hebdo
Mensuel
Saisons
Horoscope lunaire
Actu des étoiles
Calcul ascendant
Horoscopes Chinois
Horoscope Chinois 2017
Quotidien
Hebdo
Mensuel
Mon signe chinois
Mon élément chinois
Astrologie Chinoise
Cookie Chinois
Tarot
Tirage tarot
Lame de tarot
Tarot de Marseille
Tarot Lenormand
Les Oracles
Amour
Compatibilité entre signes
Compatibilité entre prénoms
Quotidien
Hebdomadaire
Mensuel
Des Saisons
Annuel
Couleur du jour
Conseils
Quotidien
Hebdomadaire
Mensuel
Des Saisons
Annuel
Signes Astro
Signes du Zodiaque
Eléments du Zodiaque
Ascendant
Astro bout'chou
Signes Chinois
Eléments Chinois
Psycho Astro
Astrologie des stars
Astrologie
Actualité astrologique
Transits Astro
Dossier Astro
Astrologie Mondiale
Astrologie dans le Monde
Planètes et Astres
Nos Livres
Consultations
Compatibilité zodiacale
Compatibilité Amoureuse
Question Zagon
Thème Natal
Analyse Couple
Question Victor
Voyance sans CB
Voyance
Numérologie
Numérologie 2017
Numérologie Amoureuse
Chemin de vie
Nombre d'expression
Au quotidien
Numérologie 2016
Mon Espace
Mes Horoscopes
Mes Horoscopes Chinois
Mes Prévisions Amoureuses
Mes Conseils
Mes Cadeaux
Qui sommes-nous?
Nos astrologues
Restez connecté
Charte de qualité
Mentions légales
Conditions d'utilisation
Données personnelles
Nos gagnants
Nos applis mobile
Nous suivre
© Copyright 2006-2017 - Mon Horoscope du Jour - Tous droits réservés
Retrouvez-nous sur Google+ - Horoscope Webmaster
  Free Horoscope Mi Horóscopo del Día Horoscope Russe Horoscope Chinois Meu Horóscopo do Dia
Votre ebook offert!
Articles Astro du moment

Influences du Soleil sur votre signe Astro
Connaitre l'impact du soleil sur les signes Astrologiques pour plus de [...]



Le Feng shui
Notre maison est en lien direct avec notre deuxième corps! En utilisant le Feng shui, nous agissons [...]



L'art divinatoire du Yi King
Découvrez le Yi King, le Livre des transformations qui regroupe un ensemble de signes qui permettent [...]

 Moteur de recherche:
AFIN D'OPTIMISER VOTRE EXPÉRIENCE DE NAVIGATION, CE SITE UTILISE DES COOKIES. EN NAVIGUANT SUR CE SITE, VOUS EN ACCEPTEZ L'USAGE.

Nouveau
2017